Header image  
TECHNOLOGIES APPROPRIEES
Appuyé par SYRENE 8 ACP NIR 056
 
  
   
 
 

<<<

 

 
PROFORMAR
 

 

INFORMATIONS SUCCINTES SUR UN PROJET MOINS DE 2 MILLIONS D’ECUS

  1. ETAT ou PAYS BENEFICIAIRE :NIGER
  2. INTITULE DU PROJET :PROFORMAR 2
  3. TYPE DE PROJET :Coopération Technique générale
  4. AUTORITE AYANT PRESENTE LE PROJET :Ordonnateur National, Ministère Tourisme et Artisanat
  5. DATE DE LA DEMANDE Octobre 1997

  6. N° ENREGISTREMENT :
  7. MONTANT DU PROJET AU TITRE DES AIDES NON REMBOURSABLES : 1.810.000 écus soit 1,3% du PIN

8. Cadre du projet :

8.1. Caractéristiques du secteur :

Le Niger s’est engagé depuis le début des années 1990 dans un processus de libéralisation progressive et irréversible de son économie dont la finalité est de faire jouer au secteur privé un rôle prépondérant dans le processus de développement économique du pays. A l’intérieur du secteur privé, le secteur rural joue un rôle essentiel, car l’économie du Niger repose en grande partie sur la production agro-pastorale qui emploie plus de 80% de la population totale. La production agro-pastorale et sa transformation repose en amont comme en aval sur le secteur artisanal, composé d’un tissu de micro entreprises souvent familiales. Le secteur artisanal est évidemment omniprésent dans toutes les autres dimensions de la vie des communautés rurales telles que la construction, les transports... Le Gouvernement a manifesté sa volonté de contribuer au développement de ce secteur par l’adoption de la Politique Nationale de Développement de l’Artisanat en 1992. Plusieurs bailleurs, notamment communautaires, ont appuyé le Gouvernement dans cette voie. On peut retenir le Projet d’Appui aux Artisans financé par Allemagne, le projet DANI par le Luxembourg. L’Union Européenne, pour qui l’appui au secteur privé était un secteur de concentration sous le 7ème FED, est intervenue dans ce domaine en finançant le un Programme de Formation Modulaire en faveur de l’Artisanat Rural -PROFORMAR (7 NIR 09), dont le financement vient à son terme en octobre 1997. Ce projet a récemment fait l’objet d’une évaluation finale. Il en ressort que PROFORMAR, tout en étant en phase avec les orientations de la politique gouvernementale, a su apporter des réponses rapides et adaptées aux besoins exprimés par les artisans en terme de formation, d’introduction de nouvelles technologies et de conseil. De plus, les évaluateurs entrevoient une potentielle viabilisation et pérennisation des fonctions développées par PROFORMAR.

Haut

8.2 Autres Interventions :

L’action de l’Union Européenne dans le domaine du développement du secteur privé est importante au Niger.En effet, elle intervient depuis 1993 au niveau du crédit aux entreprises par l’intermédiaire de l’Agence de Financement et d’Encouragement à la Libre Entreprise au Niger (AFELEN). L’Union Européenne finance le programme NIGETECH de recyclage des entrepreneurs urbains et périurbains dans le domaine de l’artisanat utilitaire et des services.En définitive, l’Union Européenne intervient sous l’impulsion du Gouvernement, à tous les niveaux de l’appui au secteur privé par des actions complémentaires, qui sont de plus équitablement réparties sur le territoire.

8.3. Problèmes à résoudre :

Les performances du secteur rural nigérien demeurent globalement faibles en termes de revenus et de satisfaction des besoins essentiels des populations. La problématique du monde rural nigérien est caractérisée par des besoins évidents en matière d’amélioration de technique, de formation, d’appui en conseils et services. Dans la crise économique aiguë que traverse le Niger et, en l'absence d'investissements conséquents d'autres secteurs, l'agriculture devrait continuer, en dépit de ses insuffisances, à jouer un rôle prépondérant dans le développement du pays pour autant qu'un appui multiforme appréciable lui soit dégagé. Les artisans ruraux et les groupes de producteurs ruraux dont les femmes, ont un rôle important à jouer. Ces artisans et producteurs interviennent soit directement comme unité individuelle ou collective présente sur le marché, soit par le canal de projets de développement ayant en charge la promotion du milieu rural.Par ailleurs, un cadre légal d’appui à l’artisanat a été adopté depuis le 7 juillet 1992 (Ordonnance 92-026 portant sur la Politique Nationale de Développement de l’Artisanat), mais son application accuse beaucoup de retard et ce malgré les objectifs que s’était assignés le Gouvernement. De plus, ce dernier n’a pas su tiré profit de l’expérience de certains projets d’appui au développement de l’artisanat.

9 Interventions :

9.1 Objectifs et Localisation du projet :

Localisation : Niamey et Tahoua (2 antennes).

Ministère de Tutelle : Ministère de l’Artisanat.

Le projet travaille en étroite collaboration avec les projets de développement ruraux. Les clients principaux sont, ou peuvent être, des projets en particulier FED et qu'à ce titre certaines zones accueilleront davantage d'interventions. C'est le cas pour la zone PROZOPAS, la zone Basse Vallée de la Tarka, la zone de Keita, pour la partie Nord du pays, la périphérie du parc du W, la zone frontalière du S.O., éventuellement la zone du Programme Grande Irrigation, pour la partie Sud du pays.

Haut

Objectif Global :

Augmentation de la production, de la productivité, des revenus et amélioration des conditions de vie.

Objectif spécifique :

Promotion de l'artisanat rural et périurbain au service du développement du monde rural, dans le cadre du secteur privé et en collaboration avec les pouvoirs publics. Résultat 1 Amélioration des connaissances techniques des artisans et des producteurs ruraux. Résultat 2 Amélioration des capacités de gestion dans une logique de secteur privé. Résultat 3 Viabilisation et Pérennisation des actions conduites par PROFORMAR. Résultat 4 Soutien à la mise en œuvre des politiques nationales de l’artisanat, du secteur privé et de la formation.

10. Contenu du Projet :

Dans la perspective de participer à lever les différents blocages qui empêchent un épanouissement du secteur, le programme vise à mobiliser les énergies, moyens et compétences nationales du secteur artisanal rural afin de contribuer notablement à améliorer la production agricole, en amont et en aval du secteur primaire, en terme d'emplois économiquement viables et à stabiliser les migrations rurales vers les villes.D'une manière générale, l'intervention de PROFORMAR s’articule autour de deux points :

  • au niveau de l’amélioration des performances de la micro entreprise à travers des actions de formation,
  • au niveau du cadre législatif par un appui à la mise en œuvre de la Politique Nationale de Développement de l’Artisanat (PNDA).

Au niveau de la formation :Compte tenu de la faible solvabilité des bénéficiaires, l’essentiel des coûts d’intervention (formation, suivi, conseil…) doivent être pris en charge par des structures du secteur privé non-marchand (ONG, association) ou par des partenaires au développement via les projets.L’Etat et les bénéficiaires devraient progressivement supporter le coût du soutien apporté. En effet, ces actions ont une rentabilité individuelle (directe pour le bénéficiaire) et mais aussi une rentabilité sociale (externalités positives dans l’ensemble de la zone d’intervention)., donc ces actions relèvent aussi bien d’une logique privée que d’une logique publique. Toutefois, l’exécution de ces actions peut être confiée à des structures privées. La prise en charge des coûts des interventions du secteur privé par des partenaires (exemple: projets) doit normalement se faire sur la base d'une juste rémunération des services permettant à la logique du secteur privé de s'affirmer. La logique privée appelle: une vérité des coûts, une contractualisation des interventions, une transparence, cependant la logique d'intérêt général renvoie à une volonté publique, des politiques correspondantes, des commandes et des protocoles d'accord.Bien articuler les deux logiques doit permettre à PROFORMAR de trouver sa juste place et de bien cerner les évolutions souhaitables.Dans un premier temps, PROFORMAR a été l’exécutant des actions et a initié des structures privées, cette deuxième phase consiste à laisser progressivement la place à ces dernières dans l’exécution et à transférer tout au partie du savoir-faire de PROFORMAR.Par ailleurs, l’expérience accumulée par l’action de ces dernières années doit aussi servir de référence pour la mise en place d’un ensemble de textes législatifs conformes à la loi d’orientation de la Politique Nationale de Développement de l’Artisanat et aptes à assurer l’épanouissement du secteur de la micro et petite entreprise artisanale.

Haut

10.1 Activités du projet :

Activité 1

1.1.Réaliser des actions de formation sur financement PROFORMAR (année 1 : 70 ; année 2 : 50 ; année 3 :20), par des organismes et intervenants privés, agréés par PROFORMAR.1.2.Réaliser des actions de formation sur financement hors PROFORMAR, en particulier de projets FED, par des organismes et intervenants privés agréés par PROFORMAR.1.3. Introduire de nouvelles technologies appropriées (adaptation, innovation, amélioration), en liaison avec des partenaires publics et privés à travers des protocoles d’expérimentation.

Activité 2

2.1. Appuyer, conseiller, suivre des micro entreprises artisanales.

Activité 3

3.1.Faciliter les actions de formation conduites par des organismes et intervenants privés et transférer un savoir-faire dans ce domaine. 3.2.Faciliter les contacts avec des actions similaires dans les pays de la sous région.

  1. Consolider les organismes privés travaillant pour PROFORMAR dans une logique d’entreprise.

Activité 4

4.1. Apporter un soutien à la mise en œuvre des politiques nationales notamment dans le domaine de l’artisanat, du secteur privé, de la formation professionnelle.4.2. Capitaliser et diffuser l'expérience accumulée par PROFORMAR et par son équipe, à travers des documents détaillés écrits et audiovisuels à caractère méthodologique, technique, pédagogique.

10.2 Moyens Physiques et non Physiques :

Cette phase s’étendra sur trois ans (1998 - 2000) et constituera l'étape finale du processus." L'après 2000 " devrait comporter de moins en moins d’actions de formation exécutées directement par PROFORMAR, mais laisser place à un réseau d’intervenants privés, assumant les fonctions développées par PROFORMAR.Dans ce cadre, l’assistance technique expatriée sera progressivement dégagée des activités propres au projet (formation, conseil) pour se consacrer principalement à la dimension " soutien aux politiques nationales " notamment dans le domaine de la promotion de l’artisanat et de la formation, ce qui explique que l’assistant technique basé à Tahoua reste une seule année sur le projet. La conception du projet doit permettre aux structures locales soutenues par PROFORMAR d’assurer leur viabilité aussi bien technique que financière.Le programme sera divisé en trois devis-programme annuel contenant une programmation rigoureuse des activités tant au niveau de la formation que de l’appui à la politique de l’artisanat.

Haut

 10.3 Coûts du projet :

Le coût du projet est de 1.810.000 Ecus sur trois ans 

 

Solution A

Description

M/H

Ecus

Assistance technique (48 mois permanente BIT plus 6 mois consultants extérieurs avec chef de projet : 36 mois et assistant technique : 12 mois)

48 + 6

830.000

Equipement  

80.000

Matériel formation  

634.000

Publications  

92.000

Fonctionnement  

151.560

Evaluation finale  

55.000

Total 1  

1.783.000

Imprévus 1%  

27.000

Total général  

1.810.000

Le projet bénéficiera du matériel financé par l’Union Européenne sur la phase n°1 (7 ACP NIR 09).Il sera demandé au PNUD de prêter le véhicule déjà en place sur le première phase.

10.4 Le projet fera l’objet d’une évaluation externe à mi-parcours et à son terme.

11. Conditions particulières :

L’appui communautaire doit être perçu comme un accompagnement à la politique de promotion de l’artisanat utilitaire. Cet appui ne pourra être efficace sans compter sur la volonté du gouvernement à développer ce secteur. Dans l’exécution du projet, l’engagement de chaque devis-programme sera conditionnée par la mise en œuvre d’une certain nombre de dispositions législatives identifiées et validées par le Ministère chargé de l’Artisanat en étroite collaboration avec l’assistant technique du projet et les bailleurs de fonds. Cette démarche ne sera qu’un moyen supplémentaire pour le Gouvernement d’affirmer sa volonté de réformes vis-à-vis du secteur privé artisanal et pour la Commission Européenne de justifier la prolongation de son appui dans ce secteur.

 

 


 
 
Aperçu de notre technologie
   
 
   

© RESEDA 2006

Dernière mise à jour: 22/11/06      
retour à la page d'accueil