Header image  
TECHNOLOGIES APPROPRIEES
Appuyé par SYRENE 8 ACP NIR 056
 
  
   
 
 

<<<

 

 

LES POULIES

 

 

Quand d'autres systèmes d'exhaure ne sont pas économiques et / ou fiables, l'utilisation d'une poulie de puits améliore déjà grandement le puisage, diminue la fatigue des femmes et limite l'usure des cordes. Par rapport au puisage traditionnel, qui se fait sur rondins de bois placés en travers du puits, la poulie transforme réellement le travail des femmes. Après une série d'études et d'essais il nous semble opportun ne présenter que deux types de poulies : la poulie simple et la poulie jante. Les deux poulies ont en commun la caractéristique de pouvoir être régulièrement enlevées du puits : elles sont en effet fixées au béton du puits à l'aide de deux boulons. Elles peuvent donc être "privatisées" et utilisées par un individu ou un petit groupe, ce qui en facilite grandement la gestion.

poulie simple à accrocher sur la margelle du puitsLa poulie simple est fabriquée à partir de cornières et la poulie est fixée au mât par deux roulements étanches. Elle peut aussi être utilisée en secours d'un autre système d'expoulie installé sur un puits avec un bidon verseur comme secourshaure déjà installé sur le puits.poulie jante









La poulie jante remplace la poulie par une jante de véhicule, ce qui permet une plus grande longévité et une facilité de puisage accrue du fait que, en zone rurale, souvent le puisage se fait par des tresses et non par des cordes. poulie janteIl nous a paru intéressant de publier ici, outre les dessins techniques de fabrication, les essais et tests effectués sur la poulie jante par le PGTF (Projet Gestion des Terroirs de Filingué) à l'initiative de. M. Alain de l'AFVP (Association Française des Volontaires du Progrès).

POULIES D'EXHAURE :
RESULTATS D'UNE EXPERIENCE

Le Projet Gestion des Terroirs dans l'arrondissement de Filingué (PGTF) intervient à partir de trois bases opérationnelles : Bonkoukou, Fandou et Damana.L'équipe de la zone pilote de Damana opère sur 18 villages recouvrant deux réalités topographiques :

Haut

- Le Dallol ou vallée fossile à nappe peu profonde (de 2 à 6 mètres)

- Les vallées sèches de plateaux à nappe profonde de 20 à 70 mètres.

En 1992, les responsables du volet "exhaure" de chaque zone pilote ont défini leurs axes communs de travail.

FINALITES

BUTS

SITUATIONS

1. Alléger le travail d'exhaure domestique et d'abreuvement du bétail

- Social réduire les temps de traction et la pénibilité du puisage quotidien des femmes

- Technique tester et vulgariser des technologies d'exhaure appropriées

- puits peu profonds < 35 m

- puits profonds > = 35 m

2. Accroître la disponibilité en eau pour permettre l'intensification des cultures irriguées

- Economique accroître la productivité des systèmes de production des bas-fonds

- mares temporaires ou permanentes

- puits peu profonds et puisards

Il a ainsi été distingué deux sous-volets : "exhaure domestique" et "exhaure de bas-fonds".

Haut

Visites techniques des agents et missions

Les membres de l'équipe de Damana ont effectué une mission de réconnaissance. Chacun a pu avoir un aperçu des différents systèmes en fonctionnement installés dans la région et enregistrer leurs avantages, leurs inconvénients et leur impact sur l'organisation des utilisateurs. Cependant, l'équipe avait recommandé la venue sur la zone du spécialiste afin qu'il juge sur le terrain l'adaptabilité des systèmes. Ce dernier démontra in situ, sur quatre villages successifs, l'opérationalité de deux types de poulies mobiles, apportés à titre d'essai. Nous lui avons alors emprunté le modèle le plus robuste (poulie de type "jante de roue") afin de le tester plus longuement sur les puits profonds de zone Nord. Dans chaque village, les temps de traction ont diminué par rapport à l'exhaure traditionnelle et les femmes témoignent de leur enthousiasme.ENQUETES EFFECTUEES

Protocole d'enquêtes ex ante et ex post

Au cours de la journée d'enquête, du levé du jour au crépuscule, les paramètres suivants sont relevés par tranche de demi-heure : - Nombre de femmes, fillettes et hommes venus puiser- Nombre de puisettes sortie du puits- Nombre minimum et maximum de personnes puisant ensemble.Parallèlement, sont mesurés de temps à autre (30 mesures):- Les temps de remontée de la puisette (traction)- Les volumes d'eau par puisetteDe plus, sont posées des questions concernant :- L'usure des cordes- Les durées quotidiennes de puisages pour les femmes mariées- Le nombre de seaux remplis par femme- L'impact de l'équipement sur la vie domestique des utilisatrices.L'organisation sociale autour du puits est observée : ordre social selon l'âge ou le sexe.

PREMIERE ENQUETE

Résultats généraux

Les hommes sont les plus matinaux que les femmes, mais pas autant que les enquêteurs! Ils puisent seuls (saufs un homme simple d'esprit qui est venu aider les femmes durant plusieurs heures en fin d'après-midi) Les hommes jeunes et les enfants puisent à 2 voire 4, par paires, cadencées. Les femmes puisent à 2 voire à 3. Les fillettes et les jeunes femmes plus souvent à 3.Durant la journée, nous avons posé quelques questions concernant :

Haut

- L'usure des cordes (traditionnelles en feuilles de doum tressées à 3 brins), ainsi, si la corde n'est utilisée que pour les besoins ménagers elle peut faire 1 mois, et une semaine si s'y ajoute l'abreuvement d'animaux nombreux.

- Le temps de puisage par femme et par jour : évalué de 2 à 4 heures selon la taille de la famille et le soin aux animaux.

- Le nombre de seaux puisés par femme : 5 à 13 le matin (en moyenne 8).Nous n'avons pas eu d'information pour l'après-midi. Le soir c'est 3 à 4 seaux par famille qui sont puisés pour les besoins complémentaires du ménage.

Résultats quantitatifs

D'abord, la profondeur du puits (niveau de la margelle au niveau de l'eau) était de 52 m 50 (à 16 h !). Le nombre total de personnes enregistrées autour du puits et qui ont effectivement puisé est de 298 ; il comprend 217 femmes (dont 8 peuhls), 28 fillettes (dont 8 peuhls) et 53 hommes ou enfants (15 peuhls). Il faut préciser que ce mode d'enregistrement compte deux fois une personne qui resterait plus d'une demi-heure au puits. Ceci dit, il fut impossible d'enregistrer, pour chacune, heure d'arrivée et de départ. Il faut comparer le chiffre 217 avec le nombre total de femmes mariées (hors jeune fille et fillette) concernées par ce puits : 136. Nous avons enregistré jusqu'à 22 femmes ensemble avec 10 puisettes, 9 glissant sur chaque rondin, regroupées en 8 paires et 2 trios. L'encombrement maximum semble être atteint, s'y ajoutent autour : 30 seaux et 11 canaris. Le temps moyen de puisage (seule la remontée de la puisette a été prise en compte) est de :

92 secondes soit 1 mn 32" pour les femmes (2954 secondes : 32 mesures)

74 secondes soit 1mn 14" pour les hommes (1488 : 20 mesures)

Prenant le temps moyen de remontée pour les femmes comme valeur de référence, sachant que 739 puisettes ont été ressorties du trou, les temps cumulés de remontée représentent :

739 x 93 = 67 896 : 60 = 1131 . 60 = 18,86 soit 18 h 52'

La quantité d'eau sortie cette journée est de 738 x 9,57 = 7063 litres.Soit 7063 : 136 = 52 litres par menage concerné.(Ceci est théorique et ne tient pas compte ni de la taille du ménage, ni de la taille de cheptel familial en petits ruminants). Sachant que la profondeur de l'eau est de 52,5 m la longueur de corde qui a remonté sur les rondins au cours de cette journée a été de 738 x 52,5 = 38.745 m !

Haut

Résultats qualitatifs et sociaux

Un certain nombre de femmes viennent sans puisette. Elles aident alors celles qui en détiennent et qui leur prêtent pour puiser leur eau. Une femme âgée lança : "Aujourd'hui, les femmes n'ont plus de force. Avant, une seule remontait la puisette avec un jeu de jambe". L'eau était assez trouble et chargée en sable à cause des tempêtes des journées précédentes. Les cordes s'effilochent en permanence. On retrouve les brins dans les seaux. On peut remarquer l'ordre social suivant :

- Tôt le matin, les vieilles femmes (50 ans) et celles qui possèdent des petits ruminants s'accaparent le puits.- Puis, vers 10 h, viennent les femmes mariées, en petit groupement, puiser l'eau pour les besoins essentiels (boisson, lavage, ménage...).- Après le déjeuner, se sont les jeunes femmes mariées (20-25 ans) et jeunes filles pour des besoins complémentaires (lavage du linge, le bain, abreuvement d'un ou deux caprins) pour elles mêmes ou leurs parents.

- Vers 16 h 30' - 17 h, l'ordre de la matinée semble se répéter jusqu'à la pleine nuit (20 h).

DEUXIEME ENQUETE

Résultats généraux

Encore une fois, les enquêteurs sont les matinaux ! Le puisage ne commence réellement que de 7 h 30' à 8 heures pour les hommes qui abreuvent leur chameau avant de partir en brousse et après 9 h pour les femmes. La fraîcheur de la nuit repousse le démarrage des activités des villageois. Comme nous l'avions relevé lors de l'enquête précédente, les hommes puisent souvent seuls, les femmes par 2 (paradoxalement, on voit des vieilles femmes puiser seules), les fillettes par 2. Toutefois, nous avons relevé beaucoup de paires mixtes : homme/fillette, femme/fillette. Nous avons posé quelques questions concernant l'usure des cordes en feuilles de doum. Elles durent désormais 2 à 3 mois contre 3 semaines à 1 mois dans l'ancien systèmes pour le puisage domestique.

Haut

Résultats quantitatifs

La profondeur du puits (au niveau de la margelle au niveau de l'eau) était de 52,6 m à 16 h 30 soit environ la même que lors de l'enquête précédente (six mois avant) à la même heure. Le nombre total de personnes enregistrées autour du puits et qui a effectivement puisé est de : 221 (298 enquête précédente) ; il comprend 150 femmes (dont 3 peuhls), 52 fillettes (dont environ 6 fillettes peuhls) et 19 hommes. Il faut préciser que ce mode d'enregistrement compte deux fois une personne qui resterait plus d'une demi-heure au puits. Il convient de comparer le chiffre 150 avec le nombre de femmes mariées puisant au puits "Dey Zéno" : 136. Nous avons enregistré jusqu'à 14 femmes puisant ensemble avec 7 puisettes. Les 7 poulies ont ainsi été toutes en fonction de 16 h 30 à 17 heures, continuellement et par moment de 16 heures à 16 h 30' et de 17 h à 18 h. Le temps moyen de puisage (seule la remontée de la puisette a été prise en compte) est de :- 66" soit 1 mn 06 pour les femmes (2248" : 34 mesures)- 34" soit pour les hommes (137" : 4 mesures)Prenant le temps moyen de remontée pour les femmes comme valeur de référence, sachant que 751 puisettes ont été ressorties du trou, les temps cumulés de remontée représentent : 13 h 46' (contre 18 h 52 précédemment). La quantité d'eau sortie cette journée est de 751 x 8,08 l = 6068 litres (donnée théorique) soit 6068 : 136 = 44,6 litres par ménage concerné.

Résultats qualitatifs et sociaux

On peut remarquer l'ordre social suivant :

- Tôt le matin, les hommes viennent abreuver leurs animaux de bât ;- De 8 h à 11 h 30', les vieilles femmes occupent majoritairement le puits ;- A partir de 12 heures et jusque vers 17 heures, les femmes mariées dominent

- De 17 heures au crépuscule les fillettes et les hommes (ou garçons) sont majoritaires.

L'ordre est modifié par rapport à l'enquête précédente mais respecte la hiérarchie sociale, ainsi les vieilles femmes attendent le réchauffement de l'air pour aller au puits alors qu'elles profitaient de la fraîcheur matinale au début de la saison de pluies. Ce sont les hommes et les jeunes filles qui occupent les plages les plus ingrates. Notons que les femmes nous ont dit que leurs mains avaient retrouvé leur fraîcheur grâce aux poulies.

Comparaison avec les résultats de l'enquête précédente

Deux facteurs influent sur les écarts que nous pouvons voir entre les valeurs des paramètres relevés sur les deux enquêtes : la saison (et en particulier la chaleur) et l'équipement en poulies. En juin, du fait de la chaleur, on consommait plus d'eau et on abreuvait beaucoup les petits ruminants (52 litres par ménage). En novembre, avec la fraîcheur et la persistance des mares, on puise quasiment que pour l'usage ménager (45 litres par ménage). Toutefois, ceci cache une augmentation de la consommation ménagère. En effet, les femmes nous ont déclaré : "si une femme prenait 5 seaux pour sa famille, elle en prend 8 aujourd'hui, du fait des poulies". En novembre, la fraîcheur matinale, le ramassage des criquets et l'absence de travaux champêtres urgents renvoient l'essentiel du puisage à l'après-midi. L'allégement du puisage permis par les poulies a vraisemblablement favorisé les paires mixtes : adulte/enfant et surtout on constate la présence de paires de fillettes de 7 à 8 ans puisant seules. Enfin, on observe plus de puisage à 3 ou 4 pour une même corde. Enfin, mais est-ce lié à l'équipement, on note que les seaux métalliques remplacent les canaris.

 

 


 
 
Aperçu de notre technologie
   
 
   

© RESEDA 2006

Dernière mise à jour: 22/11/06      
retour à la page d'accueil