Header image  
TECHNOLOGIES APPROPRIEES
Appuyé par SYRENE 8 ACP NIR 056
 
  
   
 
 

<<<

 

>>>

 

 
GABIONS ET GRILLAGE
 

 

Le développement du Niger est directement proportionnel à la résolution de ses problèmes hydrauliques. Et les problèmes hydrauliques sont étroitement liés aux problèmes de l'érosion qui dépendent en bonne partie du reboisement et de l’aménagement des bassins versants. panorama d'un chantier (5476 octets)

Bien de projets ont commencé à utiliser la technique des gabions pour construire des retenues d’eau.

Nous voudrions ici tenter d’expliquer, de manière très simple, comment construire des métiers à gabions, comment utiliser ces gabions et comment utiliser les mêmes métiers pour fabriquer du grillage.

Cette technologie a été proposée en 1986 à Birni Lokoyo - Dogondoutchi - par un projet précèdent à PROFORMAR. L’ACREMA de Tahoua a commencé en même temps la production de gabions. Le projet Keita a été un des plus grands utilisateurs de cette technique. Plusieurs ateliers privés ont vu le jour dans les années suivantes. PROFORMAR pour sa part a formé dans le passé plusieurs équipes de gabionneurs sur le projet Base Vallée Sud de la Tarka ainsi que pour le projet Keita.

L’utilisation des gabions réunit le maximum possible de participation de la part des villageois à travers des technologies adaptées au pays. Nous pensons qu'il est réellement possible, en quelques années et avec ce système, de poser les bases d'une restructuration du territoire et d'une rétention capillaire et massive des eaux de pluie et des terres d'érosion. Nous ne sommes pas partenaires de l'emploi massif de technologies et techniques avancées, quand celles-ci ne sont pas strictement nécessaires, ainsi qu'à l'emploi de celles trop "sous-développées" qui maintiennent les populations dans leurs conditions actuelles.

Nous ne sommes certainement pas les seuls à proposer cette technologie, ce petit ouvrage étant simplement destiné à vulgariser la technologie et à faire connaître les structures qui peuvent assurer la formation.

La technique des retenues d'eau en gabions peut être une technique DE village (amie, non hostile), qui devient DU village (capacité de gestion - maîtrise acquise facilement). Il s'agit d'une technique relativement simple qui peut être " copiée " par d'autres villages. Les paysans de la brousse peuvent acquérir ainsi une conscience collective de la situation de leur territoire et trouver les moyens pour y faire face. Cette exploitation plus diversifiée des ressources agricoles requiert un effort financier assez important pour donner des réponses positives; les expériences amènent à la conviction de la nécessité de barrer les cours d'eau saisonniers avec des diguettes d'une hauteur de 0,50 m. à 2,50 m., selon les sites, tous les 500 / 1000m.

Haut

Bénéfices et conséquences.

Les bénéfices résultant de ces interventions peuvent être résumés ainsi:

- Possibilité de cultures immergées pendant la saison des pluies grâce aux pentes des bas-fonds qui sont en général très douces. L'humidité par capillarité peut favoriser, même à des distances considérables, les cultures de subsistance.

- Possibilité de cultures de saison sèche. On pourra aussi bien effectuer des cultures fourragères que maraîchères et céréalières (maïs, etc.) qui pourraient permettre une amélioration alimentaire et économique de la population (par la transformation - commercialisation des produits en surplus). Surplus qui pourrait être concentré par régions dans des centres de récolte et transformation fonctionnant avec des énergies complémentaires telles que le solaire ou le bio-gaz dont on parlera dans d’autres ouvrages.

- Élévation de la nappe souterraine. Le forage de puits transforme le pays en un grand " gruyère ", alors qu'il serait autant sinon plus intéressant de faire revenir l'eau dans des puits qui, dans le temps, n'excédaient pas quelques mètres de profondeur. Les retenues et diguettes, en arrêtant la course de l'eau, permettent plus facilement sa pénétration dans le sol et l'alimentation de la nappe phréatique.

panorama d'un chantier (8683 octets)

- Possibilité de reboisement avec des arbres à bois et à fruits et création d'un microclimat plus humide. La création d'un microclimat plus humide devient réellement possible quand toute une région est aménagée.

- Remplissage du bassin avec des terres transportées par les eaux (l’érosion représente en moyenne plusieurs tonnes / ha / an) et donc création de plaines fertiles en 15/ 20 ans, les diguettes étant construites comme déversantes sur toute la longueur. Quand les bassins seront remplis le phénomène érosif sera limité à cause de la largeur de la course de l'eau.

 

 

 


 
 
Aperçu de notre technologie
   
 
   

© RESEDA 2006

Dernière mise à jour: 22/11/06      
retour à la page d'accueil