Header image  
TECHNOLOGIES APPROPRIEES
Appuyé par SYRENE 8 ACP NIR 056
 
  
           
   
 

 
Construire en Afrique sahélienne
 

 

Ce petit dossier, qui pourra être développé à la demande avec plus de détails, cherche à apporter une expérience qui n’est pas architecturale mais ressort des dizaines d’années passées à observer ce qui se passe, ce qui s’est passé et ce qu’on a expérimenté. Aucune connaissance technique supérieure n’est nécessaire pour appliquer ces quelques idées à la portée de n’importe quel tâcheron. Suivrons, complémentaires, d’autres descriptions de techniques de construction, notamment les constructions sans bois et les trulli.

Cela semble simple, pourtant ça ne se fait pas. Il est vrai que construire de manière à rendre le logement plus agréable à vivre peut coûter plus cher que lorsqu’on utilise des simples tôles, cette fameuse tôle ondulée avec une épaisseur souvent inférieure à 6/10 et qui a envahi les villes et les brousses du Sahel.

Mais alors pourquoi ne pas rester à ces toits en terrasse construits avec de l’adobe qui permettent une très bonne isolation thermique ? On nous dit parce que la tôle signifie "être arrivé " " moderne ". J’ai même trouvé des sous préfets qui m’ont interdit de construire en terre, en m’affirmant que seul le ciment était pérenne. Pourtant il y a des mosquées ou des habitations en terre qui sont là depuis quelques centaines d’années. Certes ils requièrent un entretien annuel mais elles sont là.

Actuellement la construction " type " est d’environ 3,6 mètres de largeur pour une longueur qui varie selon les possibilités en " tôles " du propriétaire. En effet deux tôles de 2 m superposées dans le sens de la longueur font 4 mètres moins 20 cm (superpose) moins le dépassement des murs d’environ 20 cm au bas de la pente.

maison avec couverture en tôles

Haut

Donc il reste 3,6 mètres, murs compris. Les tôles sont posées sur le mur en haut de la pente (on le fixe avec un alignement de briques cimentées avec le mur), clouées à un bois central et à un deuxième bois posé sur le mur en bas de la pente. Si la construction est très longue (plus de 5 mètres) on soutien le bois central par un autre bois perpendiculaire ou on profite d’un mur de division pour soutenir ce même bois.

On ne peut faire mieux, moins cher et plus chaud !

Pourtant il s’agit là d’une solution simple et de longue durée. Le mur en adobe pourra être repris au niveau du crépissage lorsque les pluies l’auront endommagé. Très souvent aucune fondation n’est prévue, les briques étant posées à même le sol.

Comment faire mieux sans augmenter le prix ? Cela est impossible ! Toute amélioration coûtera quelque chose en plus.

Ce que nous allons voir ici de suite c’est comment ne pas faire des améliorations qui coûteront cher et ne serviront à rien.

Quand les possibilités financières le permettent, on insère, en bas des tôles, un contreplaqué en bois d’une épaisseur ne dépassant pas 5mm. Cela devrait servir à limiter le rayonnement des tôles et donc à diminuer la température interne. Pratiquement son utilité est douteuse.

On a pris aussi l’habitude de mettre, le long du mur plus élevé, quelques briques trouées, soi disant pour permettre l’aération. Cela ne sert à rien si ce n’est à garantir le passage de toute une panoplie de bestioles qui, avec leur urine, pourriront vite le contre plaqué.

Ce même contreplaqué est souvent fixé au mur après le crépissage interne. Pour ce faire on cloue au mur des bois (les mêmes que pour les tôles (c’est en général du 5x7) sur tout le périmètre. Ces bois supportent la structures sur laquelle on clouera les feuilles de contreplaqué (en général m 1x2 sauf si on utilise du contreplaqué du Nigeria qui est 122 x 244).

Le fait de clouer des bois au long des murs du périmètre, avec ces mêmes murs pas trop droits et des bois tordus, créé des petites fissures qui permettront le passage des dites bestioles. Il suffirait déjà de fixer les bois au murs avant crépissage et on éviterait cette imperfection, le crépissage pouvant ainsi combler les fissures en couvrant une partie du bois.

 

 

 

 
 
Aperçu de notre technologie
   
 
   

© RESEDA 2006

Dernière mise à jour: 22/11/06      
retour à la page d'accueil