Header image  
TECHNOLOGIES APPROPRIEES
Appuyé par SYRENE 8 ACP NIR 056
 
  
           
   
 

 
PROJET DE RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL ET TECHNIQUE DE LA FILIERE CAMELINE
 

 

 

FINALITE DU PROJET

Désireux de promouvoir le développement durable du Niger en général et de la zone pastorale en particulier, le Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage et la Coopération Française soutiennent sa ressource principale, l’élevage, et son atout pour l’avenir, le dromadaire.

Le projet de renforcement institutionnel et technique de la filière cameline, financé à hauteur de 210 millions de FCFA pour une durée de deux ans, a pour finalité de valoriser et promouvoir la filière cameline dont l'importance économique, sociale et culturelle s'est affirmée au cours des dernières décennies.

Pour y parvenir, le projet s’est fixé des objectifs institutionnels et des objectifs techniques :

Objectif technique

Répondre aux questions des acteurs de la filière

Être à l’écoute des acteurs de la filière cameline pour identifier les contraintes qui freinent la valorisation du dromadaire (élevage, commercialisation) ou de ses productions (lait, viande, travail…) ; Mettre au point et valider des solutions techniques adaptées à ces problèmes sous forme de documents de référence tel que des guides et des référentiels ;

Sensibiliser les structures de développement sur les potentialités de la ressource cameline et assurer la diffusion des outils techniques élaborés par le projet pour que ces structures participent pleinement et efficacement à la croissance durable de la filière cameline au Niger et dans la sous – région.

Haut

Objectif institutionnel

Pérenniser l’expertise cameline

Transférer les compétences techniques sur la filière cameline à un opérateur privé nigérien : un économiste et un vétérinaire de l’ONG KARKARA reçoivent une formation dans le cadre des activités du projet. A son terme, ces cadres constitueront pour l’ONG KARKARA un noyau d’expertise capable de répondre à toute sollicitation nationale ou internationale sur le dromadaire.
Contribuer à l’animation de la cellule d’appui au développement de l’élevage camelin créée au sein du Ministère de l'Agriculture et de l'Élevage.
NOS PARTENAIRES

Suite à leur demande, tous les acteurs de la filière cameline peuvent bénéficier d’un appui technique :

les services de l’élevage,les projets de développement désirant appuyer les éleveurs et paysans possédant des dromadaires,les éleveurs regroupés ou non en associations,
les structures privées à caractère technique (vétérinaires, fabricants de charrettes…) ou commerciales (commerçants de fromages…).
NOTRE EQUIPE

Un assistant technique vétérinaire, chef de projet ;Un économiste et un vétérinaire de l’ONG KARKARA ; Appuyés par des missions d’experts du CIRAD-EMVT.

Haut

ACTIVITES EN COURS

Guide thérapeutique des maladies du dromadaireCe guide destiné à tous les auxiliaires d’élevage (agents vulgarisateurs des projets de développement, services de l’élevage, associations d’éleveurs…) présente de façon illustrée et didactique le traitement des quinze maladies du dromadaire les plus courantes au Niger. Deux versions sont proposées : français / tamasheq et français / arabe.Guide de bonne pratique pour l’utilisation de la force du dromadaireUne enquête nationale a montré les multiples atouts de l’utilisation de la force du dromadaire pour le bât, l’exhaure, la culture attelée et la traction de charrettes. Ce guide présente de façon synthétique les connaissances nécessaires et suffisantes pour utiliser de façon optimale ces différentes techniques : description du matériel, performances, entretien de l’animal…Lancement et évaluation d’une filière de fabrication de fromage camelinUn projet pilote de 6 mois vulgarise à grande échelle la fabrication de fromage camelin auprès de 120 éleveurs du département de Tahoua. Une étude technico – économique de cette opération fera l’objet d’un rapport qui sera diffusé à tout partenaire institutionnel ou privé désireux de promouvoir cette technologie prometteuse.Référentiel zootechnique et sanitaire sur l’élevage camelin au Niger

Ce référentiel présente les résultats les plus récents sur les performances et la productivité du troupeau camelin nigérien.

EFFECTIF CAMELIN AU NIGER

Confrontés à une agriculture en extension et à la dégradation générale du climat (grandes sécheresses, baisse de la pluviométrie) les éleveurs nigériens ont dû adopter de nouvelles stratégies pour s’adapter à la baisse qualitative et quantitative des ressources fourragères disponibles pour les troupeaux. Cette contrainte alimentaire a conduit à la diminution de 50% du cheptel bovin en 30 ans, au profit des petits ruminants et surtout des dromadaires qui se distinguent par leur très grande résistance aux conditions arides. Seule espèce domestique à pouvoir exploiter toute l’étendue des ressources du Sahel, le dromadaire constitue aujourd’hui le capital bétail le plus sûr pour les pasteurs. Cet atout « providentiel » pour l’élevage nigérien presque exclusivement sahélien explique la forte augmentation (+ 50%) des camelins observée au cours des deux dernières décennies.  Avec plus de 800 000 têtes en progression constante, soit 20% du cheptel national toutes espèces confondues, le Niger s’affirme aujourd’hui comme un grand pays d’élevage camelin, au même titre que la Mauritanie en Afrique de l’Ouest ou le Soudan en Afrique de l’Est.

Cheptel nigérien en 1996 (x 1 000 000 têtes).

Bovins Camelins

Ovins

Caprins

1996

2,50,8

3,8

5,9

Source : Revue du secteur rural du Niger, MAG-EL, 1996.

Haut

PERFORMANCES DE LA FILIERE CAMELINE

Exportations: avec 30 000 animaux officiellement exportés par an vers le Nigéria, la Libye et l’Algérie, le dromadaire contribue significativement aux recettes commerciales du Niger.Abattages En moyenne 15 000 dromadaires sont officiellement abattus tous les ans, principalement à Niamey et à Agadez. D’avril à juillet ils remplacent presque totalement les bovins devenus trop maigres pour les bouchers. ViandeEn moyenne, une carcasse cameline est 15 kg plus lourde qu’une carcasse bovine. Pour une qualité équivalente, cette viande est aussi moins chère à l’étal que la viande bovine.LaitUne chamelle donne en moyenne 4 litres de lait par jour soit 3 à 4 fois plus qu’un bovin. La lactation dure souvent un an, soit 5 à 6 mois de plus que la vache. La composition en graisses et protéines est équivalente à celle du lait de vache mais elle est 3 fois plus riche en vitamine C.

Travail

Un dromadaire est à la fois plus puissant, plus rapide et plus résistant qu’une paire de bœufs. Il est également plus facile et moins coûteux à nourrir. Il constitue un animal idéal pour la culture attelée et la traction de charrettes.

Partenaire exécutifONG KARKARA, Niger.

E-mail : camelin@intnet.ne

Tel: 20 75 52 30

 

 

 

 
 
Aperçu de notre technologie
   
 
   

© RESEDA 2006

Dernière mise à jour:22/11/06      
retour à la page d'accueil